Les associations d’obèses lancent un appel aux candidats à la présidentielle

Santé publique

Alors que 47,3% des Français sont atteints de surpoids ou d’obésité, des associations de patients se réunissent aujourd’hui lors d’un colloque intitulé : « Liberté, Egalité, Obésité ».

L’occasion d’exprimer leurs attentes vis-à-vis du futur Gouvernement et de formuler des propositions concrètes pour lutter contre cette épidémie.Ce colloque, organisé par les 45 associations de patients qui constituent le Collectif National des Associations d’Obèses (CNAO),a pour objectif de mettre en lumière les enjeux soulevés par l’obésité en France et déterminer les moyens à mettre en oeuvre pour lutter contre cette maladie. L’édition 2017 estplacée sous le signe de la future élection présidentielle avec un appel pour assurer l’égalité d’accès aux soins des patients obèses et lutter contre les discriminations.
Des propositions concrètes sont soumises aux futures équipes dirigeantes pour enrayer la progression de cette pathologie dans le cadre d’un plan Obésité pluriannuel et pluriministériel, défini en concertation avec l’ensemble des acteurs concernés (associations de patients, professionnels de santé, centres de soins, entreprises agro-alimentaires, laboratoires pharmaceutiques, fabricants de dispositifs médicaux) :
- nomination d’un « Délégué à la prévention » disposant de moyens transversaux pour mener des campagnes de prévention grand public ;
- renforcement de la réglementation concernant les seuils de sel, sucre, gras, additifs autorisés dans les produits alimentaires ;
- élaboration d’une politique d’urbanisme favorisant l’activité physique (pistes cyclables, équipements de sport en ville…) ;
- mise en place de 15 minutes d’activité physique par jour pour les enfants dès l’école primaire, en plus des créneaux réservés à l’éducation physique et sportive ;
- réglementation des cantines scolaires, d’entreprises et d’hôpitaux pour proposer aux usagers des plats sains et savoureux ;
- étiquetage propre aux fast-foods pour rendre plus visibles les taux de sucre et de graisse contenus dans les produits ;
- promotion des circuits courts : « De la cueillette à l’assiette » pour favoriser la consommation de produits sains ;
- incitation fiscale (TVA à taux particulier) pour les produits alimentaires sains.
«Pour mettre un terme au cercle vicieux de l’impact social et économique de plus en plus important de l’obésité, il faut que tous les acteurs prennent leurs responsabilités et se décident à mettre en place des actions concrètes et ce, de façon urgente ! » souligne Anne-Sophie Joly, présidente du CNAO.

J. S.