Les nouveautés du calendrier vaccinal 2017

Santé publique

Le calendrier vaccinal remis à jour par le Ministère pour 2017 comporte quelques nouveautés. Tour d’horizon.

Les nouvelles recommandations vaccinales sont disponibles sur le site du Ministère de la santé. Le calendrier des vaccinations 2017 comporte un certain nombre de nouvelles recommandations.
La vaccination contre les papillomavirus humains est désormais proposée aux hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH), jusqu’à 26 ans. Le Haut Conseil de la santé publique préconise également d’initier la vaccination avec Gardasil 9 (lorsqu’il sera disponible) pour les jeunes filles et jeunes femmes non vaccinées antérieurement.
La vaccination contre le BCGest maintenant recommandéepourles enfants à risque au cours du 2e mois, sauf pour les nouveau-nés de Guyane et de Mayotte, pour lesquels la vaccination est recommandée avant la sortie de la maternité.
Contre le méningocoque C, l’âge de la primovaccination est transitoirement abaissé à 5 mois (en utilisant le vaccin Neisvac), avec une 2ème injection à l’âge de 12 mois.
Contre les méningocoques de type A, C, Y et W, le vaccin tétravalent (Nimenrix) peut dorénavant être prescrit dès l’âge de 6 semaines.
Contre les infections à pneumocoques, les recommandations vaccinales sont simplifiées pour les personnes âgées de 5 ans et plus.
 
De plus, pour tenir compte des difficultés d’approvisionnement rencontrées pour certains vaccins (hépatite A, hépatite B, BCG, vaccins à valence coqueluche), le nouveau calendrier vaccinal propose des schémas de vaccinations alternatifs. « Pour chaque vaccin, il est proposé une hiérarchisation des populations prioritaires à vacciner, des schémas vaccinaux permettant d’économiser des doses ou le recours à des vaccins jusque là non utilisés en France. Un chapitre additionnel du calendrier vaccinal que l’on espère voir disparaître rapidement…» espère le Professeur Daniel Floret, Président du Comité technique des vaccinations de 2007-2016, dans la présentation du Calendrier.
Contre la coqueluche,privilégier un vaccin hexavalent pour les nourrissons à 2 mois, 4 mois et 11 mois. Les vaccins pentavalents disponibles en quantité limitée sont réservés aux situations particulières (nouveau-nés de mères porteuses de l’antigène HBs, nouveau-nés de Guyane et Mayotte) pour les vaccinations à 2 et 4 mois. A l’âge de 11 mois, le vaccin hexavalent est préconisé.
Contre l’hépatite A, effectuer une seule dose pour les nouvelles vaccinations et ne pas effectuer de rappel pour les personnes ayant déjà reçu une ou deux doses même pour les personnes à nouveau en situation d’exposition (sauf les personnes immunodéprimées). L’administration d’une seconde dose pourra être effectuée après le retour à la normale de la situation.
Contre l’hépatite B, les sujets prioritaires ont été définis : professionnels soumis à l’obligation, personnes ayant des relations sexuelles avec des partenaires multiples, usagers de drogue par voie parentérale, patients dialysés ou atteints d’insuffisance rénale chronique, personnes candidates à une greffe d’organe, de tissus ou de cellules, etc…
Contre la tuberculose,le vaccin importé BCG Biomed Lublin n’est disponible qu’en centres de vaccination, centres de PMI et centres de lutte contre la tuberculose. Les enfants à vacciner en priorité sont les enfants âgés de moins de cinq ans présentant en outre un facteur de risque lié à leur environnement ou leur entourage. Ceux vivant en Ile-de-France ne sont plus prioritaires en l’absence d’autres facteurs de risque. Les enfants nés à Mayotte ou en Guyane sont quant à eux prioritaires. L'IDR (intradermo réaction) prévaccinale n'est plus indiquée avant l'âge de 6 ans sauf situations particulières.

J. S.