Le MAD, un marché moteur

Matériel médical

Malgré les pressions tarifaires sur la LPPR, le marché du matériel médical reste moteur pour l’officine et vecteur de marge.

La refonte de la nomenclature pourrait être source d’économies autrement que par des baisses aveugles sur les prix. Le chantier est ouvert pour 2022. Et dès à présent la convention « Diabeloop » ouvre des perspectives pour l’accompagnement des patients diabétiques de type 1.
En officine, le marché du MAD a évolué de +1% tant en valeur (à 88,5 M€) qu’en volume (à 4,8 millions d’unités) en 2020 versus 2019 (source : Ospharm, étude réalisée à partir d’un panel de 4 777 pharmacies sur 20 segments du MAD). « Le marché du MAD/LPPR pèse environ 18 000 € par officine, commente Maxime Ouazan, du service DataStat d’Ospharm. La moitié de cette hausse est portée par les ventes liées aux familles escarres, matelas, sur-matelas, housses, coussins et location lit médical. » Le marché est représenté à 62% par la location, 30% par la vente de matériel et 8% par les prestations et forfaits de livraison. « La famille des cannes est celle qui a le plus souffert du contexte Covid, elle accuse une baisse de -18,6% en volume et -14% en valeur », souligne-t-il.
Lire le dossier dans Profession Pharmacien n°168 de novembre 2021

Dominique Mirrage